Statuts et règlements intérieurs

PREAMBULE

  1. Considérant la situation socio-économique du Burkina Faso caractérisée par une pauvreté croissante et de nombreux défis de développement.
  2. Considérant le rôle du budget dans la mise en œuvre des politiques de développement économiques et sociales
  3. Considérant le fait que la bonne gouvernance économique et en particulier la bonne gestion des ressources publiques et leur répartition équitable reste fondamentale pour la lutte contre la pauvreté.
  4. Considérant les processus de démocratisation et de décentralisation en marche, favorables au dialogue social et à la responsabilisation des citoyens et des pouvoirs publics.
  5. Considérant l’obligation de rendre compte des pouvoirs publics aux contribuables nationaux ainsi qu’aux partenaires au développement.
  6. Considérant l’intérêt porté à la transparence dans les processus budgétaires.
  7. Considérant l’insuffisance d’Institutions Indépendantes pour l’analyse critique, l’information et la formation sur le budget.
  8. Considérant la faible capacité d’analyse des acteurs au niveau central, déconcentré et décentralisé engagés dans le dialogue politique sur les choix budgétaires.
  9. Considérant en particulier l’absence de la société civile dans le dialogue et le plaidoyer sur les politiques publiques et le budget en particulier.

Nous membres fondateurs, convaincus :

  1. Que les acteurs du changement durable sont les citoyens formés et informés.
  2. Que seule une demande d’obligation de rendre compte est à même d’induire des changements positifs dans l’action des pouvoirs publics
  3. Qu’il est possible de rendre accessibles, l’information budgétaire sous forme adaptée au grand nombre .
  4. Que la société civile est à même de développer une expertise dans le domaine de l’analyse des politiques publiques, du plaidoyer, de la formation et de l’information sur le budget.

Avons décidé, par conséquent de la création du Centre d’Information, de Formation et d’Etudes sur le budget (CIFOEB).